Le carnaval 2017; aux Cayes ou Port-au-prince, lequel soi-disant national?

   Depuis le passage du 58e président d'Haïti, l'élu Jovenel Moïse dans la ville des Cayes, le peuple haïtien se trouve dans la confusion la plus totale sur la ville visant accueillir l'événement le plus attendu dans le pays. D'autre part, le maire de Port-au-prince, Mr Youri Chevry se veut maintenir la tradition faisant de la capitale d'Haïti le lieu idéal du carnaval national. Si le 1er citoyen de Port-au-prince a déjà mis sur pied un comité chargé d'organiser le carnaval de Port-au-prince cette année : du dimanche 26 au mardi 28 février prochain. Pour sa part, son homologue de la ville des Cayes, l'ancien sénateur; Jean Gabriel Fortuné se dit réjouir de l'annonce du président élu, Jovenel Moïse, doter la ville des Cayes l'organisation du carnaval 2017, après celui de 2012, une expérience étant bien reçue par la 3e ville du pays. En outre, beaucoup de gens n'ont pas bien vu cette décision puisqu'une grande partie de la population ne se remet pas jusqu'à présent du cyclone Mathieu qui a ravagé le sud du pays durant le mois d'octobre de l'année dernière. Le Président a parlé : point barre!
   "L'historicité de ce patrimoine culturel.". L'histoire révèle que le carnaval a été importé en Amérique par la conquête espagnole du XVle siècle. Rapidement, apprécié, adopté par le peuple haïtien. Du même coup, l'événement devient clairement l'occasion pour une nation sans divertissement à la recherche d'un moyen de défoulement intense. Par la suite, le gouvernement s'implique pour en faire une fête nationale sans précédent. Le carnaval, toutefois, étant une fête du peuple, l'état haïtien, de son côté tente à tout prix de le contrôler le plus possible pour éviter des dérapages et autres...
 
Par ailleurs, le carnaval tire ses origines pratiques dans l'ancien continent (Europe) durant le temps du Carême a vite conquis le cœur de la majorité d'haitiens en raison de qualité pure, sa beauté, spectacle et artistique. Cette manifestation culturelle de grande envergure consiste généralement dans une période où les gens de la ville sortent déguisés, masqués et mêmes maquillés en la circonstance se retrouvant dans les rues, sur des stands, sur des chars musicaux, et allégoriques pour chanter, danser, faire de la musique, jeter des confettis, défiler éventuellement autour d'une parade. Un moment de grande liberté d'expression, dans lequel on fait face à toutes sortes de choses; des gens costumés en carnaval, vêtus de façon ridicule. "L'implication profonde de l'état suscite le conflit d'intérêts".
 
Le rayonnement de la fête nationale pousse l'État central à s'impliquer pleinement au fil des années dans l'organisation directe des festivités du carnaval.Bien avant, le carnaval a toujours été une attribution de la municipalité de Port-au-prince jusqu'à l'avènement du régime Lavalas au pouvoir pour finalement déposséder à la mairie la charge d'organiser l'événement. Pour en faire jusqu'aujourd'hui une affaire d'état. Dès lors, cette pratique à faire du carnaval une arme de propagande politique pour les chefs d'État en fonction. S'exposant à des reproches, se compromettre, se mettre en danger l'avenir de notre patrimoine culturel. Au point que de s'annonce une guerre froide entre la présidence et la mairie de Port-au-prince autour de l'organisation du carnaval cette année. Ces nouvelles sont survenues au moment où le fait face à de sérieux problèmes sociaux, économiques, là où les hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. Malgré tout, l'état va faire le décaissement pour la réalisation de deux carnavals dans le pays. "La perte de l'identité".
 
À l'instar du carnaval de Rio au Brésil, à Trinidad ans Tobago, Haïti est l'un des rares pays à tradition du carnaval, voyant que la fête a perdu de sa splendeur, et son essence par l'incapacité de nos responsables politiques dans la gestion dans cet événement. Dans tous ses aspects, ils ne restent qu'un ; celui de la musique et les disparaissent; déguisements, couleurs... Autrefois, le carnaval a toujours été une douce de croissance économique pour le pays. Des nos jours, la confusion est énorme dans la population haïtienne par le fait que la fête se déroulera dans deux villes. Des rumeurs font état sur l'éventualité de certains tenors de la musique haïtienne prendront part dans les festivités soient à Port-au-prince ou dans le ville des Cayes. Mais, en tout cas, si les deux carnavals sont officiellement prévus dans ces villes, mais l'incertitude règne sur l'identité des groupes musicaux susceptibles de participer aux défilés aux Cayes et à Port-au-prince. Ce qui est un fait certain, le carnaval aura bien lieu dans les 2 villes. Le peuple sera présent ça et là. À chacun de faire son choix pour des raisons diverses.
                                                              Bertony Généus
 
 

 

 

© Tous droits réservés Radio Tandem-FM